• Caractéristiques techniques :

    Moteur : 2 SNECMA Atar de 3500 Kg de poussée

    Envergure : 15.09 m

    Longueur : 16.49 m

    Masse : 10 000 kg à vide, 15 000 kg en charge

    Vitesses : max 1100 Km/h

    Plafond : 15 000 m

    Autonomie : 2500 km

    Armement : 4 canons de 30 mm, bombes, roquettes

               Le Vautour fut développé à partir de 1951 par la Société Nationale de Construction Aéronautique du Sud-Ouest. L'avion se présentait comme un biréacteur classique, les moteurs étant installés dans une aile en flèche, cependant le train d'atterrissage était plus original puisque monocycle, avec deux balancelles comportant de petites roues dans les ailes. Trois versions firent l'objet de développement, chasse, bombardement et reconnaissance, mais au final l'Armée de l'Air ne commanda que les versions biplaces de chasse tout temps et bombardement, cette dernière version équipa les premiers escadrons Français de bombardement nucléaire. L'autre utilisateur du Vautour fut l'état d'Israël qui acheta 40 exemplaires de la version monoplace d'attaque au sol, puis qui racheta les Vautour de bombardement Français quand ceux-ci furent remplacer par le Mirage IV.  


    votre commentaire
  • Sukhoï Su-24 “Fencer”

    Caractéristiques techniques :
    Moteurs : Deux réacteurs de 7,65 tonnes de poussée unitaire
    Envergure : 10,37 m à 17,64 m selon le déploiement de la voilure
    Longueur : 22,50 m
    Masse : 22 000 Kg à vide, 38 000 Kg en charge
    Vitesses : Mach 1,2 au niveau de la mer et mach 2 en altitude
    Plafond : 11 000 m
    Autonomie : 1500 Km de rayon d'action
    Armement : 1 canon de 23 mm et 8000 Kg de charges offensives.

           A la fin des années 60 les soviétiques mirent au point plusieurs appareils à géométrie variable à partir d'appareils à ailes fixes existants. Mais pour développer le Su-24, ils s'inspirèrent sans doute du F-111 américain, il lui ressemble en effet étonnamment et est à peine plus petit mais plus puissant que le F111.
           Le Sukhoï 24 vola sans doute pour la première fois en 1969 et fut mis en service en 1975, il est mis en œuvre par un pilote et un officier système d'armes assis côte à côte. Les missions dévolues  au SU-24 sont le bombardement et la pénétration à basse altitude tout temps. L'URSS (puis la Russie) employa le Su-24 au cours des conflits en Afghanistan, en Tchétchénie et plus récemment la Russie a déployé une douzaine d'appareils en Syrie.


    votre commentaire
  • Sukhoï Su-25 « Frogfoot »

    Caractéristiques techniques :
    Moteurs : 2 réacteurs Toumansky de 5100 Kg de poussée
    Envergure : 14,36 m
    Longueur : 15,53 m
    Masse : 9500 Kg à vide, 14 400 Kg en charge et 19 200 Kg en surcharge
    Vitesses : 880 Km/h
    Plafond : 7000 m
    Autonomie : 1100 Km soit 550 Km de rayon d'action
    Armement : 1 canon de 30 mm et 4500 Kg de charges offensives (bombes, missiles, roquettes).

           Bien que les appareils d'appui-feu aient joué un rôle primordial durant le second conflit mondial, ils n'eurent pas de descendants dans l 'immédiat après-guerre. En effet durant la première partie de la guerre froide les deux grandes puissances imaginaient qu'un conflit serait forcément nucléaire. Ce n'est qu'au début des années 70 que les USA et l'URSS lancèrent quasiment simultanément un projet d'appareil d'appui feu simple et solide. Pour les USA ce fut le A-10 et pour l'URSS (aujourd'hui la Russie) le Sukhoï 25, nom de code OTAN Frogfoot. Ce dernier effectua son premier vol le 22 février 1975 et entra en service en 1980. A l'instar des Sturmovik de la « grande guerre patriotique » le Su-25 est conçu pour avoir les meilleures chances de survie au dessus du champ de bataille, cockpit et verrière blindés, moteurs en nacelle de chaque coté du fuselage et protégés contre l'incendie. La Russie employa massivement les Su-25 en Afghanistan, puis en Tchétchénie et en Géorgie, et une douzaine participent aux frappes aériennes en Syrie et en Irak.

     


    votre commentaire
  • Caractéristiques techniques :
    Moteur : ROLLS-ROYCE Merlin puis Griffon  de 1030 Hp MK I à 2050 Hp
    Envergure : 11.22 m
    Longueur : 9.70 m
    Poids :   2182 kg à 2631 Kg à vide, 2624 kg à 4082 Kg en charge au décollage
    Vitesse : 520 km/h en croisière, 587 à 740 km/h maximale selon les versions
    Autonomie : 900 km à 2400 Km
    Plafond : 12 200 m
    Armement selon les versions : 8 mit de 7.7mm ou 4 mit de 7.7mm et 2 canons de 20mm ou 2 mit de 12.7mm et 2 canons de 20mm ou 4 canons de 20mm /  2 bombes de 500 Lbs ou 8 roquettes sur certaines versions.

         Le Spitfire vola pour la première fois en 1936 et arriva en unité en 1938. La première version, le MK I, avait une hélice à pas fixe, mais surtout ne possédait pas d'injection, ce qui entraînait une coupure moteur lors des vols dos prolongés ou de G négatifs prolongés (ennuyeux en combat tournoyant !). Les versions suivantes intègrent ces améliorations puis des canons remplacent une partie des mitrailleuses à partie du MK V. La version MK IX est la plus produite et servira encore dans plusieurs forces aériennes après la guerre. Au total, près de 20 versions du "Spit" furent réalisées.

           Les dernières versions reçoivent une verrière en goutte d'eau. Le Spitfire est fin et racé, c'est sans doute le plus beau chasseur du second conflit mondial, ces ailes en ellipse lui donnent une finesse et une manoeuvrabilité hors paire. Son moteur est fiable, il est agréable à piloter, très maniable et fait le bonheur de ses pilotes et le malheur de ses adversaires !!!

  • Une vidéo officielle cette fois de l'armée de l'air Suisse, comme quoi quand on veut faire de belles vidéos on peut ! 


    votre commentaire
  • Toute une génération de passionnés a lu leurs aventures qui désormais sont disponible en intégrale en album reliés, avec Buck Danny c'est sans doute la meilleure série consacrée à l'aviation.


    • Dessin : Matthieu Durand
    • Scenario : Jean-Michel Charrier

    Après Buck Danny, voici une nouvelle série classic très réussie:

    "Quatre pilotes étrangers sont accueillis par Tanguy et Laverdure à Istres pour tester le Mirage F1 afin de le recommander aux armées de l'air de leurs pays respectifs..."


    votre commentaire
  • Une autre bonne BD sur l'aviation de chasse, moderne cette fois-ci et avec en vedette le dernier fleuron de l'Armée de l'Air.


    votre commentaire
  • Dans ce roman, Antoine de Saint-Exupéry décrit la vie des pilotes de ligne de la société Latécoère qui devint par la suite l'Aéropostale.
    Cette ligne assurait la livraison du courrier et parfois de passagers entre Toulouse et Dakar via Casablanca.
    De Casablanca à Dakar la ligne suivait la côte Africaine et les pilotes étaient souvent confrontés aux pannes et aux tempêtes avec à la clé le posé dans le desert et les brigands Maures qui voyaient dans ces pilotes une occasion de réclamer une rançon.

  • Bonne nouvelle pour les Fanas, les éditions Altipresse ont publié la traduction du livre de Greg Papy Boyington paru en 1977 sous le titre "Baa Baa Black Sheep".  Cela vaut le coup de l'acheter même si l'on y trouve plusieurs fautes d'orthographe ou de grammaire qui ont été loupées à la relecture sans doute.
    Un tiers est consacré au Tigres Volants, un tiers à la VMF 214 et le dernier à la détention de Boyington puis son retour au pays.
    Attention pas grand chose à voir avec la série, ici c'est une autobiographie (peut-être un peu exagérée), mais on y retrouve quelques personnages comme le Gal MOORE et le Col LARD.
    Boyington y règle ses comptes avec quelques supérieurs dont Chennault et Lard (qui est pire que dans la série), "Pappy" y parle également sans concession de son alcoolisme.
    Désormais disponible sur toutes les bonnes librairies en ligne ou chez votre libraire.


  • Un court métrage très bien réalisé.


    votre commentaire
  • Film de Tony SCOTT
    De 1986

    Avec :
    Tom CRUISE
    Anthony EDWARDS
    Val KILMER
    Kelly MAC GILLIS

    Pilote de chasse émérite mais casse-cou, Maverick Mitchell est admis à Top Gun,l'école de l'élite de l'aéronavale. Son manque de prudence lui attire les foudres de ses supérieurs et la haine de certains coéquipiers. Il perd subitement la foi et la confiance en lui quand son ami de toujours meurt en vol et qu'il s'en croît responsable...

    Un film devenu culte, aux très bonnes images et qui a permis à la Navy de recruter à tour de bras...


  • Film de Richard FLEISCHER
    De 1970

    Avec :
    Martin BALSAM - Joseph COTTEN
    E. G. MARSHALL - Tatsuya MIHASHI
    James WHITMORE - So YAMAMURA

    En Juin 1941, l'Ambassadeur japonais aux Etats-Unis tranquillise le Ministre des Affaires Etrangères et le Ministre de la Guerre : le Japon bien sûr n'attaquera jamais les USA. Prudents,ceux-ci s'équipent d'un équipement très perfectionné pour décoder les messages secrets des Japonais. 7 Décembre 1941 : Pearl Harbour, la base située à Hawai est l'objectif de la flotte Japonaise.

    Ce film est quasiment documentaire et retrace très précisément les évènements du 7 décembre 1941.


  • Caractéristiques techniques :

    Moteurs : 2 moteurs de 1850 Cv

    Envergure : 18,80 m

    Longueur : 13,80 m

    Masse : 8270 Kg à vide, 12800 Kg en charge

    Vitesses : max 550 Km/h, 415 km/h en croisière

    Plafond : 10 000 m

    Autonomie : 2500 Km

    Armement :  2 canons de 23 mm (ou 20 mm), 3 mitrailleuses de 12,7 mm + 2270 à 3000 Kg de bombes

             Le prototype de ce bombardier moyen vola pour la première fois à la fin de l'année 1940. Bien que l 'appareil se révéla très bon dans tous les domaines, sa production ne débuta qu'en 1942 pour une mise en service en 1943. En effet la priorité de fabrication alla au Pe-2 déjà en service, qui fut plus produit que le Tu-2 prévu pour le remplacer. Le Tupolev Tu-2 était un excellent appareil qui fut produit jusqu'en 1948 et qui servi dans les armées soviétiques, chinoises et dans certains pays du bloc de l'est jusque dans les années 60.


    votre commentaire
  •   

    Nouvelle série en deux volumes, scenario et dessins Christophe Gibelin.

           "En 1943, durant la seconde guerre mondiale, un pilote Belge - le baron Jean de Selys Longchamps - volant au sein de la RAF, alla, au cours d’une de ses missions, mitrailler l’immeuble occupé par la Gestapo en plein coeur de Bruxelles, y faisant plusieurs victimes. Selon certaines sources, non confirmées, la découverte parmi les cadavres en uniforme d’un homme n’appartenant pas à l’organisation nazie et plus tard identifié comme faisant partie d’un réseau de résistance provoqua le démantèlement de celui-ci et la mort de nombreux patriotes Belges. C’est cette histoire, largement romancée, qui est la base de «Typhoon». Tous les évènements qui y sont racontés se sont réellement déroulés au cours du conflit mais ils sont intervenus dans la vie de protagonistes très divers."


    votre commentaire