• Caractéristiques techniques :
    Moteur : Walter HWK 509A-2 de 1700 Kg de poussée
    Envergure : 9.35 m
    Longueur : 5.85 m
    Poids :   1905 Kgs à vide, 4310 Kg en charge au décollage
    Vitesse : 960 km/h maximale
    Autonomie : 8 minutes
    Plafond : 12 000 m
    Armement : 2 canons de 30mm

       Le Messerschmitt 163 Komet fut mis en service en 1944, mais c’est dès 1939 que commencèrent ses essais. Les problèmes de mise au point du moteur fusée obligèrent le constructeur à d’abord essayer le modèle en vol plané, il atteignit alors près de 900 Km/h tout en restant pilotable. En 1941, avec la mise au point du moteur et après une série de vols lors desquels l’avion montra rapidement sa disposition à voler vite, il atteignit bientôt 1000 Km/h, record du monde de l’époque qui fut gardé secret.

       La propulsion était assurée par un moteur fusée utilisant un mélange de deux composants, un carburant et un comburant, ce mélange hautement inflammable et corrosif, demandait beaucoup de précautions pour le ravitaillement. Un accident au décollage ne laissait pratiquement aucune chance au pilote qui finissait carbonisé ou dissout dans l’acide ! Le décollage se faisait sur un chariot, qui sitôt après le décollage devait être largué pour pouvoir être réutilisé, le largage ne devait se faire ni trop top (risque de collision avec l’appareil) ni trop tard pour ne pas endommagé le chariot.

       Son autonomie de quelques minutes était son point faible, son rayon de combat pratique était d’à peine 80 Km, par conséquent les Me-163 furent déployé à proximité de sites industriels vitaux (usines d’armements, raffinerie et production d’essence synthétique). Les unités avaient leur propre système de détection et après avoir été mises en alerte, faisaient décoller leur chasseur lorsque les box de bombardiers alliés entraient dans ce cercle de 80 Km. Les appareils décollaient en formation très espacée, montaient très rapidement sous un angle de 80° au plafond de 10 000 m, puis ils plongeaient sur les box volant entre 8000 et 9000 m pour effectuer une ou deux passes en tirant toutes leurs munitions de 30 mm et/ou leur roquettes. Ensuite il ne restait plus qu’à descendre en vol plané vers le terrain avec si possible un peu de carburant pour une éventuelle remise de gaz. Cette phase de retour au sol était celle ou l’appareil se trouvait être le plus vulnérable, car dans l’incapacité de mener un combat il était une proie facile pour les chasseurs d’escorte, de plus le posé se faisait sur un patin et à vitesse élevée. Plus de Me-163 furent détruit par accident qu’en combat.

       De nombreux exemplaires du Me-163 furent saisis, notamment par les Russes, mais son intérêt tactique limité ne conduisit pas à des développements, si ce n’est que le profil de mission de la navette spatial américaine ressemble bougrement à celui du Komet !!!


  • Excellente idée que de placer l'histoire au tout début de l'indépendance d'Israël. Bien documenté sur cette période peu connue, l'ouvrage mériterait d'avoir une préface recadrant l'action dans le contexte historique et politique de l'époque. Le dessin des avions manque parfois de précision, cependant cette album mérite amplement de figurer dans votre colection.

    1948. La création de l'État hébreu ne va pas sans heurts, à commencer par les bombes égyptiennes qui pilonnent régulièrement Tel-Aviv. Tel David face à Goliath, Israël ne peut opposer aux chasseurs "Spitfire" ennemis que quelques vieux « Mezek » pilotés par des volontaires juifs venus de tous les pays mais aussi par des mercenaires accourus de plus sombres horizons... Björn est l'un de ces goyim venus risquer leur vie pour quelques milliers de dollars, un prix qui reste en travers de la gorge de ses confrères combattant, eux, pour leur idéal ! Yann et Juillard unissent leurs talents au service d'une véritable épopée, celle des débuts de l’aviation militaire israélienne et nous offrent surtout une puissante et complexe histoire d'amour...            


    votre commentaire
  • Mig15

    Caractéristiques techniques :

    Moteur : Réacteur RD-45F de 2270 Kg de poussée puis Klimov VK-1 de 2700Kg de poussée.

    Envergure : 10,06 m

    Longueur : 11, 05 m

    Masses : 3680 Kg à vide, 5700 Kg en charge

    Vitesse maximale : 1075 Km/h

    Plafond : 15 515 m

    Autonomie : 1625 Km

    Armement : 1 canon de 37mm et 2 canons de 23 mm, 200 Kg de charges externes.

     

           Le MiG-15 (nom de code OTAN Fagot) dont le prototype vola pour la première fois en décembre 1947 fut mis en service dans les forces armées soviétiques un an plus tard.

           Pour le créer les Soviétiques ont pu bénéficier, pour la cellule et l’aile en flèche, des travaux allemands et notamment des plans du Focke-Wulf Ta 183, et pour le moteur, de l’aide des Britanniques qui leur ont fourni des moteurs à réaction Rolls-Royce qu’ils se sont empressés de copier.

           Le Mig-15 apparaît pour la première fois pendant la guerre de Corée en 1950 et c’est une bien mauvaise surprise pour les alliés qui ne soupçonnaient pas l’existence de cet appareil. Le MiG-15 est plus rapide, plus agile, mieux armé et grimpe mieux que tous les chasseurs occidentaux engagés en Corée. Il est alors décidé d’envoyer en urgence le F86 Sabre pour contrer la menace que font peser les Mig sur la suprématie aérienne alliée. Mais le MiG grimpe mieux, est mieux armé et même légèrement plus rapide que le Sabre, les pilotes américains doivent leur nombreuses victoires à leur expérience et à la qualité de leur formation.

           Le MiG-15 n’est cependant pas exempt de défauts, il supporte mal les vitesses transsoniques, domaine ou il devient fortement instable en tangage voire dangereux et ou il n’est pas une bonne plateforme de tir.

           A partir de 1950, la version MiG-15bis (la plus fabriquée) apporte une série de modifications destinées à gommer les défauts de la première avec notamment un moteur plus puissant et une aérodynamique de l’aile améliorée. Une version d’entrainement biplace UTI fut également développée et restera longtemps en service dans les forces du pacte de Varsovie.

           Le MiG-15 sera également fabriqué sous licence en Chine, en Tchécoslovaquie et en Pologne. Outre l’URSS il y eu 40 pays utilisateurs du MiG-15.


  • Mig17

    Caractéristiques techniques :

    Moteur : Réacteur Klimov VK-1F de 3380 Kg de poussée avec postcombustion

    Envergure : 9,63 m

    Longueur : 11, 09 m

    Masses : 4100 Kg à vide, 6700 Kg en charge maximum

    Vitesse maximale : 1145 Km/h

    Plafond : 17 000 m

    Autonomie : 1470 Km

    Armement : 1 canon de 37mm et 2 canons de 23 mm, 500 Kg de charges externes.

     

           Dès 1949 les ingénieurs du bureau d’étude Mikoyan-Gourevitch travaillèrent sur le remplaçant du MiG-15, il s’agissait de supprimer les défauts de ce dernier. Aussi le nouveau chasseur vit-il son aile totalement redessinée, plus fine et ayant une flèche plus prononcée, la dérive fut également redessinée et contrairement aux avis des observateurs occident le MiG-17 (nom de code OTAN Fresco) est ainsi un avion réellement nouveau et pas une simple amélioration. Mis en service en 1952 il a été construit à plus de 6000 exemplaires et a équipé les forces aériennes de plus de 40 pays.

           Bien que déjà dépassé il fut utilisé en grand nombre par le Nord-Vietnam durant le conflit avec les USA, certains pilotes Nord-Vietnamiens le préférant d’ailleurs au MiG-21 car il était plus maniable que ce dernier. Il fit forte impression sur les pilotes américains par sa maniabilité et son armement, ces derniers n’avaient d’ailleurs souvent d’autres choix que de rompre le combat en utilisant la puissance de leurs avions qui étaient parfois deux fois plus rapides (comme le F4 Phantom). C’est d’ailleurs l’expérience des combats contre les MiG vietnamiens qui contribua à la création des écoles de chasse comme celle de Top Gun. Les USA récupérèrent et achetèrent à grand frais des MiG afin d’étudier les techniques de combat à opposer à ces appareils. Durant les conflits Israélo-arabes de nombreux combats opposèrent également des MiG-17 aux Mirage, les MiG-17 étaient alors utilisés surtout comme chasseurs bombardiers et appareils d’attaque au sol.


  •  mig21

    Caractéristiques techniques :

    Moteur : Réacteur Tumanski R-25-300 de 6 tonnes de poussée

    Envergure : 7,15 m

    Longueur : 14,40 m

    Masses : 5500 Kg à vide, 9500 Kg en charge maximum

    Vitesse maximale : 2175 Km/h (Mach 2.05)

    Plafond : 17 500 m

    Autonomie : 1505 Km

    Armement : 1 canon bitube de 23 mm, 1500 Kg de charges externes.

     

            Le Mikoyan-Gourevitch 21 (nom de code OTAN Fishbed) dont la conception remonte à 1953 fut mis en service à partir de 1959. Conçu comme intercepteur, c’est un petit chasseur rapide, maniable et rustique, il fut énormément utilisé pendant la guerre du Vietnam et durant les différents conflits Israélo-arabe.

           Bien que l’on retienne de ces derniers conflits le nombre de victoires largement supérieur des Israéliens, les qualités du MiG-21 ne sont pas en cause, en effet ces derniers, ayant « récupéré » un MiG-21, purent le tester et définir les meilleurs tactiques de combat à lui opposer.

           Lors des conflits Indo-pakistanais, les Indiens utilisèrent avec efficacité leur MiG-21 dans des missions de bombardement et d’interception ou il se montra supérieur aux appareils Pakistanais d’origine Américaine.

           De l’avis des pilotes occidentaux qui ont pu voler sur MiG-21 ses qualités sont énormes, rustique sa mise en œuvre est très simple (plus que celle du Mirage) et ses résultats plutôt décevant en combat sont davantage à mettre au compte des pilotes.

          C’est l’avion de combat à réaction le plus produit au monde avec plus de 11000 exemplaires mis en service dans plus de 50 pays dont bon nombre l’utilisent encore. 


  • Mil MI 24 HIND

    Caractéristiques techniques. des Hind E et D
    Moteur : 2 turbomoteurs Isotov de 2200ch à 2500ch selon les versions
    Diamètre rotor : 17 m
    Longueur : 21 m
    Poids : 7500 kg  à  8400 kg à vide, 11000 kg en charge

    Vitesse : 280 km/h en croisière
    Autonomie : 160 Km de rayon d'action
    Capacité d'emport de 8 hommes de troupe armés
    Armement : 1 mitrailleuse 12.7mm quadritube sur tourelle à l'avant ou 1 canon bitube de 30 fixe sur le coté droit.
    4 points d'emport sous les moignons d'ailes pour diverse charges offensives (roquettes, bombes...)
    4 missiles anti-chars AT3 Sagger ou AT6 Spiral.
     

    Mil MI 24 HIND

           Le MI 24 Hind effectua son premier vol en 1969 (ou 1972 selon les références), il fut construit à raison de 15 par mois pendant 10 ans dans différentes versions. Le nombre total d'appareils produits dépasse 1300.
    Exporté dans de nombreux pays satellites de l'ex-Union Soviétique on a pu le voir sur tous les théatres d'opération des 20 dernières années.
     

    Mil MI 24 HIND

     


  • Combat aircraft   Military aircraft

    Voici deux encyclopédies sur l'aviation par Bill Gunston, quoiqu'en anglais je m'en sert assez souvent pour rechercher carastéristiques techniques et historique lors de la rédaction de mes fiches.


    votre commentaire
  • Une petite vidéo assez connue, toujours non-officielle.

     


    votre commentaire
  •   Une vidéo pas vraiment officielle !!!


    votre commentaire
  • Toujours pas très réglo tout ça..., la on se croirait dans Star wars !

     


    votre commentaire
  • Film de Walter E. GRAUMAN
    De 1964

    Avec :
    Harry ANDREWS
    George CHAKIRIS
    Donald HOUSTON
    Cliff ROBERTSON

    1944. Le commandant Bergman quitte la résistance norvégienne pour l'Angleterre où il doit entraîner l'esquadrille 33 dans le but d'une mission : mettre hors d'état l'usine allemande qui fabrique le carburant des nouveaux engins fusées. Une bonne amitié se noue entre Bergman et le Wing-commandeur de la RAF.

    La seconde guerre mondiale romancée et avec des effets spéciaux un peu kitchs, mais l'occasion de voir des Mosquito en vol.


  •  

    Après "Bomb Road", Michel Koeniguer nous offre une nouvelle série se déroulant toujours au Vietnam.

          "En 1967 dans le comté de Damville en Alabama, Nicholas Beaulieu et Josuah Lacour sont deux amis d’enfances ; pourtant rien ne devrait les réunir. Beaulieu est le fils d’un magnat de l’industrie qui régit le comté. Lacour est le fils d’un de ses ouvriers, qui après une maladie professionnelle qu’il impute à la société des Beaulieu, a décidé de porter plainte. Nick Beaulieu se marie juste avant de partir pour son affectation au sein de L’Air Force comme Pilote sur la base de Phu Cat. Lors de ce mariage, alors qu’il raccompagne sa petite amie, Josh est arrêté par le shériff pour conduite en état d’ivresse. Pour échapper au pénitencier que veut lui infliger le juge, Josh prétend vouloir s’engager pour le Vietnam. Il arrive dans l’ancienne colonie française deux mois après Nick, et se retrouve avec la 1ère de cavalerie basée à Camp Radcliff, près de An Khê. Chacun à sa façon va faire l’expérience cruelle de cette guerre. Si sur terre c’est l’enfer dans la jungle et les patrouilles dans les villages, il n’est pas sûr que le ciel soit plus tranquille. Le destin des deux hommes pourrait être bien plus étroitement liés qu’il n’y parait…"


    votre commentaire
  • Caractéristiques techniques :
    Moteur : 1 Nakajima Sakae de 1100 Cv
    Envergure : 11 m
    Longueur : 9.06 m
    Poids :   1807 Kg à vide, 2544 Kg en charge au décollage
    Vitesse : 545 km/h maximale
    Autonomie : 2380 Km
    Plafond : 11 000 m
    Armement : 2 canons de 20mm, 2 mitrailleuses de 7.7mm, 120 puis 500 Kg de bombes.

           L'appellation officiel du Mitsubishi AM6 dans la marine nippone était chasseur embarqué de type 0, il fut rapidement plus connu sous le nom de "Zero" tant au Japon que chez les occidentaux. Les alliés lui avaient pourtant attribué le nom de code "Zeke".
    Le Japon ne disposant pas de moteurs suffisamment puissants, le Zero fut conçu comme chasseur-bombardier léger, pour cela il ne reçu ni blindage, ni protection que ce soit pour les organes vitaux de l'appareil, ou pour son pilote qui ne disposait d'aucun blindage.
    Le chasseur-bombardier Mitsubishi AM6 vola pour la première fois en 1939 et fut mis en service dès 1940. C'était alors un appareil performant, rapide, très maniable et disposant à l'époque de la meilleure autonomie de tous les chasseurs en service.
    Lors de la déclaration de guerre et de l'attaque sur Pearl Harbor le Zero était supérieur à la plupart des chasseurs en service dans le pacifique et notamment ceux de la Navy américaine qui lui opposait le chasseur embarqué Grumann Wildcat.
    Une sorte de psychose s'installa alors chez les pilotes américains sur la supériorité supposée du chasseur japonais. Des tactiques furent inventées pour contrer le Zero, il ne fallait jamais l'engager en combat tournoyant, mais profiter d’une altitude supérieure pour attaquer en piqué et avec la vitesse acquise regrimper pour effectuer une nouvelle passe (attaques de type yoyo).
    L'arrivée de chasseurs américains plus modernes (Chance Vought Corsair et Grumann Hellcat) bouleversa la donne, ces appareils étaient plus rapides que le chasseur Japonais de 50 à 100 Km/h à toutes les altitudes. Les méthodes de combat restaient les mêmes, éviter le combat tournoyant, et compte tenu du manque de protection du Zero quelques rafales en venait vite à bout.

            Tout au long du conflit le Zero connu des améliorations (une douzaine de versions au total), il fut équipé de réservoirs auto-obturants et d’un blindage pour le pilote, mais faute de moteurs puissants ses performances pures restèrent toujours en retrait par rapport à celles des chasseurs US, seule sa manœuvrabilité resta exceptionnelle et bien piloté un Zero restait un adversaire redoutable.


  • Betty

    Caractéristiques techniques :
    Moteur : 2 Moteurs Mitsubishi de 1530 Hp
    Envergure : 25 m
    Longueur : 20 m
    Masse : De 6800 Kg à vide à 9500 Kg en charge
    Vitesse : 430 Km/h maximum, 315 Km/h en croisière
    Autonomie : 6035 Km
    Plafond : 8840 m
    Armement : 1 Canon de 20 mm, et 4 mitrailleuses de 7.7 mm, 800 Kg de bombes.

           Avec près de 2500 exemplaires produits, le Mitsubishi G4M Betty fut le bombardier moyen de la marine japonaise le plus nombreux de la seconde guerre mondiale. Comme beaucoup d’appareils Japonais du début du conflit il ne possédait pas de blindage et de réservoirs auto-obturants, son armement défensif était également faible. En contrepartie sa capacité d’emport et son autonomie étaient importantes. Cependant il encaissait tellement mal les coups que les pilotes alliés l’avait surnommé le briquet volant à un coup. Les versions G4M2 qui apparurent en 1943 étaient mieux protégées et le Betty poursuivi sa carrière jusqu’à la capitulation finale.


  • Caractéristiques techniques :
    Moteur : un moteur en double étoile refroidi par eau de 1820 Cv
    Envergure : 10.80 m
    Longueur : 9.94 m
    Masse : 2460 kg à vide, 3440 kg en charge
    Vitesses : max 590 Km/h, 350 Km/h en croisière
    Plafond : 11 700 m
    Autonomie : 1900 km
    Armement : 2 à 6 canons de 20 mm selon les versions.

           En 1942 le bureau d'études de Mitsubishi commença l'étude du remplaçant du type Zero.
    A l'époque les avions Nippons commençaient à faire face aux bombardiers toujours plus nombreux de l'USAAF.
    Le nouvel avion devait donc avoir une vitesse horizontale et ascensionnelle élevées, la maniabilité passant au second plan.
           A cet effet l'appareil fut doté d'un profil d'aile mince, d'une aérodynamique soignée et d'un moteur puissant.
    Les premiers exemplaires du J2M connurent de nombreux incidents et des crashs qui firent une mauvaise réputation à l'appareil. Cependant au fil des versions la qualité et la fiabilité du RAIDEN s'améliorèrent.
    Essentiellement utilisés pour l'interception des B29 les J2M se révélèrent de redoutables adversaires. Le nom de code du Raiden chez les alliés était "Jack".
            Les exemplaires capturés et essayés à la fin de la guerre confirmèrent ses excellentes qualités, y compris en maniabilité.


    votre commentaire