• Consolidated B-24 Liberator

    Caractéristiques techniques : (selon les versions)

    Moteur :4 Pratt et Whitney R-1830 de  1200 Cv

    Envergure : 33,50 m

    Longueur : 20,50 m

    Poids : 16 550 Kg à vide, 29 500 Kg en charge max

    Vitesse maximale : 467 Km/h (340 Km/h en croisière)

    Autonomie : 3 400 Km

    Plafond : 8 550 m

    Armement : 10 mitrailleuses de 12,7 mm, jusqu’à 4000 Kg de bombes

     

       Le Consolidated B-24 Liberator fut conçu en 1939 et mis en service en 1941. Moins connu que le Boeing B-17, il fut pourtant aussi important si ce n’est plus, il fut fabriqué à plus de 18000 exemplaires soit plus que tout autre avion Américain durant le second conflit mondial.

       Il alliait un grand rayon d’action à une extrême robustesse. Les B-24 opérèrent surtout dans le Pacifique, mais aussi au sein des 8th et 9th Air Force en Europe où avec les B-17 il participèrent au bombardements diurnes sur l'Allemagne nazie. Outre son utilisation première en qualité de bombardier stratégique, il fut utilisé également pour les patrouilles maritimes et le transport de personnel et de matériel au dessus de l’atlantique vers l’Europe, ou vers le théâtre d’opération du Pacifique. Il équipa essentiellement les forces aériennes des USA mais la Grande Bretagne en mis également en oeuvre.

     

      

    L'opération TIDAL WAVE

     

       Une des plus fameuses missions qu'effectuèrent des B-24 Liberator fut le bombardement des raffineries de pétrole de Ploesti en Roumanie le 1er Aout 1943. Ces raffineries fournissaient la plus grande partie du carburant de l'Allemagne, l'opération fut surnommée "Tidal Wave" (raz de marée). Plus de 200 appareils de la 9th Air force renforcés par la 8th Air Force décollèrent du Moyen Orient pour parcourir à basse altitude la plupart du trajet afin d'éviter les radars. La force fut néanmoins détectée, de plus les groupes arrivèrent dispersés et s'égarèrent ou ne trouvèrent pas leurs objectifs. Le bombardement, mené à environ 30 m/sol, fut accueillit par un feu nourri de la DCA, qui était la plus puissante d'Europe. Les pertes s'élevèrent à 30% des appareils et plus de 300 membres d'équipages furent tués, de nombreux autres furent blessés ou fait prisonniers. La plupart des appareils qui rentrèrent étaient endommagés. Les dégats au sol furent significatifs, néanmoins la production de carburant retrouvait son rythme normal au bout de quelques semaines. Ce type de bombardement à basse altitude effectué par des bombardiers lourds ne fut plus réitéré.